Revue Hommes et migrations

Les pratiques alimentaires d’hommes ouest-africains vivant en Île-de-France

Entre perpétuation de la culture alimentaire d’origine et aspiration à la modernité

Par Natacha Calandre, chercheure en socio-économie alimentaire au Centre Edgar Morin/iiAC (EHESS-CNRS) et Evelyne Ribert , sociologue au CNRS, chercheure au Centre Edgar Morin/iiAC (EHESS-CNRS)

Article issu du N°1286-1287 (numéro double),  juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes
Rubrique : Article de dossier

En France, les migrants originaires d’Afrique de l’Ouest adoptent, selon leur âge et leurs parcours, différents types d’organisation sociale. Du foyer à l’hôtel meublé en passant par le squat ou l’appartement, ils sont amenés à redéfinir les règles de leur vivre ensemble. L’alimentation et sa gestion collective traditionnelle offrent un prisme particulièrement efficace pour révéler les stratégies qui conduisent les migrants, seuls ou en groupe, à renouveler ou à rompre avec les modes de vie solidaires hérités de leur culture d’origine.

Pour citer ce document

Par Natacha Calandre, chercheure en socio-économie alimentaire au Centre Edgar Morin/iiAC (EHESS-CNRS) et Evelyne Ribert , sociologue au CNRS, chercheure au Centre Edgar Morin/iiAC (EHESS-CNRS) « Les pratiques alimentaires d’hommes ouest-africains vivant en Île-de-France - Entre perpétuation de la culture alimentaire d’origine et aspiration à la modernité », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1286-1287 (numéro double), juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes.
Mis à jour le : 16/06/2011, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=6134

Haut de pageremonter