Revue Hommes et migrations

Les dessous de la Ville-lumière.

Fantasmes et nausée littéraires des étudiants africains (1975-1975)

Par Nicolas Treiber, Doctorant en littérature, université d’Aix-Marseille-I.

Article issu du N°1308,  décembre 2014 : Les Paris des migrants
Rubrique : Article de dossier

Pour les étudiants africains qui l’ont arpentée depuis les années 1930, la Ville-lumière semble constellée de zones d’ombre.

Paris, la capitale mondiale des arts et des lettres de l’après-guerre qui attire les artistes de tous horizons, est aussi celle d’un empire colonial. Aussi, dans certains espaces de la ville relève-t-on les marques de la colonisation. Des traces dont certains écrivains comme Ousmane Socé, Aké Loba, Cheikh Hamidou Kane ou Saïdou Bokoum nourrissent leur premier roman, dressant de Paris un portrait en clair-obscur.

Pour citer ce document

Par Nicolas Treiber, Doctorant en littérature, université d’Aix-Marseille-I. « Les dessous de la Ville-lumière. - Fantasmes et nausée littéraires des étudiants africains (1975-1975) », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1308, décembre 2014 : Les Paris des migrants.
Mis à jour le : 26/02/2015, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/paris-fait-par-ses-immigres/7572-les-dessous-de-la-ville-lumiere

Haut de pageremonter