Revue Hommes et migrations

Littératures de La Réunion, littératures plurielles

Par Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, maître de conférences en littératures françaises et francophones, membre du laboratoire LCF-UMR 8143 du CNRS

Article issu du N°1275,  septembre-octobre 2008 : Minorités et migrations en Bulgarie
Rubrique : Article hors dossier

Résumé

Si, depuis le XVIIIe siècle, des écrivains originaires de La Réunion se sont illustrés, la littérature réunionnaise de langue française se démarque peu de la littérature française avant les années soixante-dix. C’est à ce moment qu’émergent des œuvres militantes, en français et en créole, qui redonnent voix aux “muselés” et commencent à travailler à partir des formes orales de la littérature. Ce travail sur les langues et l’oralité se poursuit dans l’expression théâtrale ou le fonnkër, et témoigne de la nécessité de restituer leur pluriel aux littératures réunionnaises.

Pour citer ce document

Par Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, maître de conférences en littératures françaises et francophones, membre du laboratoire LCF-UMR 8143 du CNRS « Littératures de La Réunion, littératures plurielles », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1275, septembre-octobre 2008 : Minorités et migrations en Bulgarie.
Mis à jour le : 14/06/2011, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/minorites-et-migrations-en-bulgarie/5130-litteratures-de-la-reunion-litteratures-plurielles

Haut de pageremonter