Revue Hommes et migrations

Migrations et pratiques culinaires

Avenir de la cuisine endogène et santé des populations en milieu urbain au Cameroun

Par Mbonji Edjenguèlè, anthropologue, professeur, Jean-Marie Essomba, anthropologue, chercheur au département d’anthropologie, Annie Hubert, anthropologue, directeur de recherche et Patrick Pasquet , anthropologue

Article issu du N°1283,  janvier-fevrier 2010 : Cuisines et dépendances
Rubrique : Article de dossier

La cuisine, telle qu’elle est pratiquée dans les villes africaines au sud du Sahara, inquiète ses consommateurs. À Yaoundé, les migrants béti et bamiléké s’efforcent d’entretenir l’identité de leur cuisine, tout en faisant face aux dangers pour la santé des nourritures issues des standards de la modernité : trop d’épices, de calories, de gras.
Mais cet équilibre lui-même est menacé par manque de temps et du fait de la disparition de certains ingrédients ou de savoir-faire.

Pour citer ce document

Par Mbonji Edjenguèlè, anthropologue, professeur, Jean-Marie Essomba, anthropologue, chercheur au département d’anthropologie, Annie Hubert, anthropologue, directeur de recherche et Patrick Pasquet , anthropologue « Migrations et pratiques culinaires - Avenir de la cuisine endogène et santé des populations en milieu urbain au Cameroun », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1283, janvier-fevrier 2010 : Cuisines et dépendances.
Mis à jour le : 07/07/2010, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/migrations-pratiques-alimentaires-et-echanges-culinaires/5857-migrations-et-pratiques-culinaires

Haut de pageremonter