Revue Hommes et migrations

La topographie oubliée des immigrés en terre française

Par Olivier CHAVANON

Article issu du N°1231,  mai-juin 2001 : Mélanges culturels
Rubrique : Article hors dossier

Résumé

Dans les années trente, en France, nombreux étaient les immigrés – Italiens, Espagnols, Polonais – habitant dans des bidonvilles en marge des agglomérations, archipels identitaires dont certains furent appelés "villages nègres", par un amalgame sémantique entre l’Autre exotique et le "métèque". Quelles traces reste-t-il aujourd’hui de cette ghettoïsation des migrants ? Les souvenirs contradictoires des anciens "villageois" et de leurs voisins français, le silence des archives mettent en évidence les mécanismes de la mémoire – officielle, légitime, collective, minoritaire – d’une société, et l’amnésie qu’un groupe dominant peut opposer à un groupe marginal et dérangeant.

Pour citer ce document

Par Olivier CHAVANON « La topographie oubliée des immigrés en terre française », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1231, mai-juin 2001 : Mélanges culturels.
Mis à jour le : 05/03/2008, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=837

Haut de pageremonter