Revue Hommes et migrations

Étoiles symboliques de la mode noire.

Chris Seydou, Patrick Kelly et Ozwald Boateng, une perspective comparative

Par Pascale Berloquin-Chassany, docteur en socio-anthropologie, chargée de cours à l’université Paris-XIII Villetaneuse, enseigne la sociologie et l’anthropologie dans des écoles d’infirmières de la région parisienne

Article issu du N°1310,  avril-juin 2015 : Fashion Mix
Rubrique : Article de dossier

À Paris ou à Londres, l'entrée dans le petit monde feutré des maisons de haute couture n'a pas été chose aisée pour les créateurs noirs. Si la vague ethnique des années 1990 a fortement joué en leur faveur, elle a produit également de nouveaux stéréotypes. Au lieu de s'enfermer dans les attentes que pouvait susciter leur origine supposée, c'est en transgressant les frontières géographiques et culturelles que les créateurs noirs comme Patrick Kelly, Chris Seydou ou Ozwald Boateng sont parvenus à s'imposer dès les années 1980.

Pour citer ce document

Par Pascale Berloquin-Chassany, docteur en socio-anthropologie, chargée de cours à l’université Paris-XIII Villetaneuse, enseigne la sociologie et l’anthropologie dans des écoles d’infirmières de la région parisienne « Étoiles symboliques de la mode noire. - Chris Seydou, Patrick Kelly et Ozwald Boateng, une perspective comparative », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1310, avril-juin 2015 : Fashion Mix.
Mis à jour le : 08/07/2015, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=7624

Haut de pageremonter