Revue Hommes et migrations

La gouvernance des flux migratoires "indésirables"

Cas d'étude de Calais et Lampedusa

Par Marie Bassi, doctorante en science politique au Centre d'études et de recherches internationales (Ceri) et Shoshana Fine , doctorante en science politique au Centre d'études et de recherches internationales (Ceri)

Article issu du N°1304,  octobre-novembre-décembre 2013 : Les frontières
Rubrique : Article de dossier

La politique migratoire européenne se fonde sur un modèle dominant  qui conçoit la frontière comme un filtre et non comme un mur empêchant toute mobilité. L’étude de Lampedusa et de Calais illustre les différentes techniques utilisées pour contrôler la mobilité des “indésirables” dans les zones frontières. Celles-ci reposent sur un mélange de discours sécuritaires (les immigrés sont une menace) et humanitaires (les immigrés sont des victimes) et impliquent une multitude d’acteurs.

Pour citer ce document

Par Marie Bassi, doctorante en science politique au Centre d'études et de recherches internationales (Ceri) et Shoshana Fine , doctorante en science politique au Centre d'études et de recherches internationales (Ceri) « La gouvernance des flux migratoires "indésirables" - Cas d'étude de Calais et Lampedusa », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1304, octobre-novembre-décembre 2013 : Les frontières.
Mis à jour le : 11/03/2014, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=7253

Haut de pageremonter