Revue Hommes et migrations

Kirghizistan

Un scénario où ceux qui partent perdent autant que ceux qui restent

Par Jypara Abarikova, Aigoul Abdoubaetova, Mehrigul Ablezova et Emil Nasritdinov , Centre de recherche sociale, Université américaine d'Asie centrale

Article issu du N°1284,  mars-avril 2010 : Migrations et environnement
Rubrique : Article de dossier

Ancienne république d’URSS, le Kirghizistan est encadré par la Chine à l’est et au sud-est, le Kazakhstan au nord, l’Ouzbékistan à l’ouest et le Tadjikistan au sud-ouest. Extrêmement montagneux, soumis à une forte activité sismique, le pays a longtemps servi de réservoir d’uranium pour le programme nucléaire soviétique. Face aux risques naturels et à la destruction des sols, les Kirghizes, qui tirent une grande part de leurs ressources de l’élevage du bétail, sont forcés de migrer. Mais il est difficile d’échapper à la pollution dans la plus grande décharge nucléaire d’Asie centrale.

Pour citer ce document

Par Jypara Abarikova, Aigoul Abdoubaetova, Mehrigul Ablezova et Emil Nasritdinov , Centre de recherche sociale, Université américaine d'Asie centrale « Kirghizistan - Un scénario où ceux qui partent perdent autant que ceux qui restent », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1284, mars-avril 2010 : Migrations et environnement.
Mis à jour le : 07/07/2010, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=5899

Haut de pageremonter