Revue Hommes et migrations

La gestion coloniale de l'islam à Bordeaux. Enquête sur une mosquée oubliée

Par Florence BERGEAUD, sociologue

Article issu du N°1228,  novembre-décembre 2000 : L'héritage colonial, un trou de mémoire
Rubrique : Article de dossier

Résumé

L'analyse d'une fête de l'Aïd à Bordeaux en 1949 est l'occasion d'une plongée dans l'histoire des immigrés "nord-africains" en "métropole", d'un retour sur la gestion de l'islam dans le contexte de la France coloniale. Une gestion qui tourne le dos à la doctrine assimilationniste prévalant officiellement dans l'Empire, et qui ignore délibérément le credo assimilateur de la République à l'égard de l'immigration. Au point que l'auteur en conclut que la gestion de l'islam a sans doute été l'entorse la plus complète et la plus aboutie à ce modèle d'assimilation. Un constat iconoclaste qui éclaire d'un jour particulier les rapports que la France entretient aujourd'hui encore avec l'islam.

Pour citer ce document

Par Florence BERGEAUD, sociologue « La gestion coloniale de l'islam à Bordeaux. Enquête sur une mosquée oubliée », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1228, novembre-décembre 2000 : L'héritage colonial, un trou de mémoire.
Mis à jour le : 05/03/2008, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=1672

Haut de pageremonter