Revue Hommes et migrations

Peut-on émigrer chez soi ? Le peuplement breton de Nantes aux XIXe et XXe siècles

Par Jean BRETEAU, Historien et membre des Anneaux de la mémoire

Article issu du N°1260,  mars-avril 2006 : Bretagne : Terre d’immigration
Rubrique : Article de dossier

Résumé

Nantes se revendique bretonne, signe que cette population, venue du fond de la Bretagne au XIXe siècle, est parvenue à s’intégrer tout en donnant naissance à un fort sentiment d’identité à la ville. Une population tout d’abord rejetée, méprisée, reléguée dans les faubourgs, armada de travailleurs "crasseux et superstitieux", récupérée par l’Eglise qui instaure les prêches en breton, et entend maintenir ses ouailles dans une soumission indispensable à son intégration dans les rangs dociles des petites gens de maison.

Pour citer ce document

Par Jean BRETEAU, Historien et membre des Anneaux de la mémoire « Peut-on émigrer chez soi ? Le peuplement breton de Nantes aux XIXe et XXe siècles », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1260, mars-avril 2006 : Bretagne : Terre d’immigration.
Mis à jour le : 29/07/2009, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=1649

Haut de pageremonter