Revue Hommes et migrations

L’introuvable statut de réfugié, révélateur de la crise de l’État moderne

Par Monique CHEMILLIER-GENDREAU, Professeur émérite de droit public et science politique

Article issu du N°1240,  septembre-octobre 2002 : Migrants.com
Rubrique : Débats

Résumé

Tant que les humains détiendront leurs droits du fait qu’ils participent à une nationalité et non de leur appartenance à l’humanité, il y aura des États pour les refuser à certains, et ceux-ci viendront grossir le lot des "sans-État donc sans-droits". Pour comprendre comment on en est arrivé là, il faut remonter aux origines des conceptions souverainistes des États modernes. Pour l’auteur, celles-ci s’avèrent en partie obsolètes aujourd’hui, dans un monde d’interdépendances fortes et irréversibles. Une piste existe toutefois, qui permettrait de donner accès à la justice à ces "rebuts humains", errants en marge des droits : la construction d’une juridiction civile mondiale.

Pour citer ce document

Par Monique CHEMILLIER-GENDREAU, Professeur émérite de droit public et science politique « L’introuvable statut de réfugié, révélateur de la crise de l’État moderne », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1240, septembre-octobre 2002 : Migrants.com.
Mis à jour le : 05/03/2008, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=1064

Haut de pageremonter