Revue Hommes et migrations

L’utime retour des gens du fleuve Sénégal

Par Agathe PETIT

Article issu du N°1236,  mars-avril 2002 : Retours d'en France
Rubrique : Article de dossier

Résumé

Grâce aux "caisses des morts" initiées à Marseille au début des années quatre-vingt, les migrants de la région du fleuve Sénégal sont désormais presque tous enterrés dans leur village natal. La banalisation récente de cette pratique, chez les Soninké et Toucouleur, répond à une double volonté : valoriser l’appartenance villageoise et être inhumé conformément aux prescriptions musulmanes. Une pratique emblématique de l’intégration de cette communauté dont les racines restent en prise directe avec le pays d’origine.

Pour citer ce document

Par Agathe PETIT « L’utime retour des gens du fleuve Sénégal », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1236, mars-avril 2002 : Retours d'en France.
Mis à jour le : 05/03/2008, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/retours-d-en-france/998-L-utime-retour-des-gens-du-fleuve-Senegal

Haut de pageremonter