Revue Hommes et migrations

Les perceptions de l’étranger, du réfugié et de l’expulsé dans les débats parlementaires en Belgique (1835-1875)

Par Maïté Van Vyve

Article issu du N°1321,  avril-juin 2018 : Les mots de l'exil dans l'Europe du XIXe siècle
Rubrique : Article de dossier

La loi belge sur les étrangers de 1835 plaçait ces derniers en position précaire dans le royaume en accordant des pouvoirs discrétionnaires au gouvernement en matière d’expulsion. De par son caractère répressif revendiqué, cette loi suscitait cependant de nombreux débats au sein du monde politique belge. Devant compter avec de puissants voisins soumis à des soulèvements populaires en cascade, la Belgique a donc mis en avant le pouvoir dissuasif de la loi sans pour autant renier les principes de l’asile, jusqu’à offrir peu à peu davantage de garanties aux étrangers accueillis sur son territoire.

Pour citer ce document

Par Maïté Van Vyve « Les perceptions de l’étranger, du réfugié et de l’expulsé dans les débats parlementaires en Belgique (1835-1875) », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1321, avril-juin 2018 : Les mots de l'exil dans l'Europe du XIXe siècle.
Mis à jour le : 14/05/2018, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/les-mots-de-l-exil-dans-l-europe-du-xixe-siecle/8030-les-perceptions-de-l-etranger-du-refugie-et-de-l-expulse-dans-les-debats-parlementaires-en-belgique-1835-1875

Haut de pageremonter