Revue Hommes et migrations

Reconstitution territoriale et codéveloppement

L’exemple de la diaspora sénégalaise

Par Abdoul Hameth Ba, maître de conférences en géographie, université d’Evry-Val d’Essonne ; membre du LHEST (Laboratoire histoire économique sociale et des techniques)

Article issu du N°1286-1287 (numéro double),  juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes
Rubrique : Article de dossier

Éloignés de leur région d’origine, lesmigrants sahéliens participent aux processus de transformation territoriale et sociale aussi bien dans les zones d’émigration que dans les pays d’immigration. La concrétisation de leurs projets liés à l’émigration témoigne de leur capacité à agir sur un espace à distance. Elle engage la fabrication progressive de nouveaux territoires et de nouveauxmodes de concertation. Cependant, dans le cadre institutionnel du codéveloppement, l’expérience des migrants n’est pas toujours valorisée.

Pour citer ce document

Par Abdoul Hameth Ba, maître de conférences en géographie, université d’Evry-Val d’Essonne ; membre du LHEST (Laboratoire histoire économique sociale et des techniques) « Reconstitution territoriale et codéveloppement - L’exemple de la diaspora sénégalaise », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1286-1287 (numéro double), juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes.
Mis à jour le : 16/06/2011, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/les-migrations-subsahariennes/6162-reconstitution-territoriale-et-codeveloppement

Haut de pageremonter