Revue Hommes et migrations

Les mères, les filles et la cuisine “africaine” en situation de migration (Marseille)

Analyse comparative (1998-2010)

Par Julie Lioré, anthropologue, chercheure associée au laboratoire d’anthropologie bioculturelle (UMR 6578 – Marseille) et au programme de recherche AlimAdos (ANR/Cniel-OCHA)

Article issu du N°1286-1287 (numéro double),  juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes
Rubrique : Article de dossier

Soumises aux sollicitations multiples de modes de consommation standardisés, par manque de temps ou de volonté, les adolescentes issues de familles ouest-africaines savent de moins en moins préparer les plats de leurs aînées. Pourtant les mères s’efforcent de transmettre à leurs filles la richesse de leur patrimoine culinaire. En une dizaine d’années, cette désaffection qui continue de gagner du terrain laisse entrevoir un renouvellement des pratiques.
Dans leurs attitudes vis-à-vis de la cuisine “africaine”, ces jeunes femmes éclairent la manière dont elles façonnent leur identité.

Pour citer ce document

Par Julie Lioré, anthropologue, chercheure associée au laboratoire d’anthropologie bioculturelle (UMR 6578 – Marseille) et au programme de recherche AlimAdos (ANR/Cniel-OCHA) « Les mères, les filles et la cuisine “africaine” en situation de migration (Marseille) - Analyse comparative (1998-2010) », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1286-1287 (numéro double), juillet-octobre 2010 : Les migrations subsahariennes.
Mis à jour le : 16/06/2011, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/les-migrations-subsahariennes/6155-les-meres-les-filles-et-la-cuisine-africaine-en-situation-de-migration-marseille

Haut de pageremonter