Revue Hommes et migrations

Chauvinisme frontalier sur la "route des Balkans"

"crise" migratoire et relations interétatiques depuis l'été 2015

Par Morgane Dujmovic, doctorante contractuelle, ATER en géographie, Telemme AMU-CNRS et Pierre Sintès , maître de conférences en géographie, Telemme AMU-CNRS

Article issu du N°1317-18 (double),  avril-septembre 2017 : L'Europe en mouvement
Rubrique : Article de dossier

Traversés de points de passage aléatoires et de frontières fermées et militarisées, les pays des Balkans se trouvent au cœur de la route que tentaient d’emprunter les réfugiés durant la crise migratoire de 2015. Les États balkaniques ont géré leur position géographique stratégique entre une adaptation aux règles de la coopération migratoire européenne et le repli sur des logiques nationalistes et exclusives. Résultat, l’espace de transit balkanique représente un nouveau limes, une frontière extérieure, lointaine et mouvante, désormais quasi infranchissable. Multipliant les murs, cette zone-tampon est devenue le repoussoir de l’Europe.

Pour citer ce document

Par Morgane Dujmovic, doctorante contractuelle, ATER en géographie, Telemme AMU-CNRS et Pierre Sintès , maître de conférences en géographie, Telemme AMU-CNRS « Chauvinisme frontalier sur la "route des Balkans" - "crise" migratoire et relations interétatiques depuis l'été 2015 », Revue Hommes et migrations. Article issu du N°1317-18 (double), avril-septembre 2017 : L'Europe en mouvement.
Mis à jour le : 07/06/2017, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/l-europe-en-mouvement/7936-chauvinisme-frontalier-sur-la-route-des-balkans

Haut de pageremonter