Revue Hommes et migrations

L'Afrique face à la fuite des compétences ?

Café-débat, Palais de la Porte Dorée (12e), dimanche 5 octobre, 13h00

Avec la mondialisation, les migrations de personnes qualifiées se sont fortement accrues pour répondre aux besoins des économies occidentales comme des pays émergents.

Quelle place occupe le continent africain dans ce «mercato des compétences» ?

La fuite des cerveaux formés par les universités africaines francophones n’a-t-elle que des conséquences négatives pour les pays d’origine ?

Quels retours les pays africains peuvent-ils attendre de leurs ressortissants qui sont partis poursuivre leur formation à l’étranger ?

Les migrations qualifiées en provenance de l’Afrique francophone se sont diversifiées depuis les années 80, reflet des mutations importantes des systèmes éducatifs supérieurs qui forment les candidats aux migrations, mais aussi à l’intervention accrue du secteur privé et
du libéralisme sur les marchés du travail locaux. Ces migrations vers la seule Europe, empruntant les chemins historiques dela colonisation après les indépendances, touchent désormais tous les continents. Y compris les routes internes. Le débat entre chercheurs spécialisés oppose désormais la problématique du « brain drain » qui mettait l’accent sur les pertes de qualifications avec celle du « brain gain » qui insisteau contraire sur les atouts multiples des migrations pour les pays d’origine.

EN COMPAGNIE DE

Hamidou Dia coordinateur du dossier L’Afrique qualifiée dans la mondialisation (*), sociologue chargé de recherches à l’IRD, UMR CEPED

Luc Ngwe, sociologue et membre de l’ARES.


Lieu :
Mosaïque Café, Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris (M° Ligne 8)

Haut de pageremonter