Revue Hommes et migrations

Les réalités sociales et culturelles de l’immigration algérienne en France

LES MARDIS DE L'IMA à Tourcoing, le 19 juin, de 18h00 à 20h00

Table des matières

Dans le cadre d'un partenariat Cité nationale de l'histoire de l'immigration et Institut du monde arabe autour des 50 ans de relations franco-algériennes, la revue anime un cycle de conférences à Tourcoing

L’immigration algérienne, comme les migrations en provenance des anciens pays colonisés, est la cible de préjugés dans une société française qui reconnaît aujourd’hui avec difficulté qu’une part de son histoire est commune avec cette population originaire de l’autre rive de la Méditerranée. Pourtant, certains critères sociologiques attestent des réalités du processus d’intégration dans la société française. Des études récentes, comme l’enquête Trajectoires et Origine menée par l’Ined et l’Insee, permettent de mesurer l’insertion sociale et professionnelle, la participation civique et culturelle, les naturalisations, de cette immigration.

Elles révèlent au contraire que l’intégration est en marche, parfois de manière plus performante que pour d’autres populations arrivées à la même période, mais dans un contexte tout à fait différent. Le nombre important de mariages mixtes parmi la population algérienne et leurs descendants contredit par exemple l’image d’une endogamie persistante en mettant au contraire l’accent sur les contacts et les échanges avec d’autres populations qui composent la société française. Mais des résistances demeurent dont il faut comprendre les rouages.

L’engagement des migrants algériens et de leurs enfants, depuis plusieurs décennies, est confronté à la difficile tâche d’affirmer leur place au sein de la nation française tout en relevant les épisodes sombres de l’histoire entre la France et l’Algérie. Leur prise de parole n’est pas seulement faite de dénonciations, de la torture par exemple. Elle témoigne aussi d’un ancrage positif dans la société française. Derrière la demande de reconnaissance se profile la certitude d’un possible apaisement de ces mémoires tendues entre deux pays. 

Dans toutes les disciplines artistiques, et notamment en littérature ou dans le cinéma, de nouvelles voix expriment les chemins de l’exil, mais aussi la volonté d’échapper à la ghettoïsation ou au repli identitaire pour composer avec les identités et les émergences culturelles présentes sur le sol français.

Certes les idées reçues sont tenaces, et il serait temps de rompre avec le credo du communautarisme et de prendre aussi en compte la nature des résistances dans la société française qui produisent des discours ou des comportements discriminatoires à l’encontre de cette population.

Table ronde animée par Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations

Avec les interventions de :

Beate Collet, sociologue, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, membre de l’UMR GEMASS (Paris-Sorbonne/CNRS)

Mustapha Harzoune, Journaliste et coordinateur d’un recueil récent de nouvelles, 17 octobre 1961, Ed. Au Nom de la Mémoire, 2011.

Informations pratiques

LES MARDIS DE L’IMA du 19 juin 2012, 18h00 à 20h00

Conseil Régional Nord-Pas de Calais, 151 avenue Hoover, 59555 Lille Cedex
 

A voir ! Le dossier Algérie - France : une communauté de destin, publié dans la revue cette année.

Haut de pageremonter