Revue Hommes et migrations

Migrations féminines

PROJECTION-DÉBAT | Regards sur l’immigration, jeudi 31 mai 2012 à 20h

Table des matières

Le cycle de projection-débat en partenariat avec la Cité nationale de l'histoire de l'immigration poursuit son investigation de l'histoire des migrations féminines.

Après l'exemple des femmes espagnoles, venues célibataires comme domestiques à partir des années 50, certaines femmes d'origine africaine, notamment du Congo, du Cameroun et de la Côte d'Ivoire, montrent une autre manière de gagner leur indépendance à travers  des trajectoires en France, arrimées à des diplômes et motivées par des projets professionnels précis.

Loin des femmes venues en France dans le cadre du regroupement familial, ces migrantes actives et entreprenantes déjà dans leur pays d'origine, illustrent cette progressive féminisation des flux qui établit une nouveau rapport entre le pays d'origine que l'on quitte pour des études, des formations ou une insertion sur le marché du travail français correspondant à ses diplômes et compétences. Assurance personnelle qui n'empêche pas la confrontation au rejet raciste et aux discriminations, liberté du corps et de paroles que l'on retrouve parfaitement dans le témoignage de Dallas

20h00 Projection du film Dallas de Paris, réalisé par  Nadège Batou (2010, 30')

Dallas, une adepte née, qui a choisi le costume pantalon-cravate pour réussir à s'imposer dans ce milieu. Mais derrière ce masque coloré, se cache une femme d'une grande sensibilité, et d'une grande pudeur...

Suivie de l'intervention de Célia Sadai, doctorante à l'Université de Paris IV-Sorbonne en littérature et travaille sur la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes).

Informations pratiques :

6 impasse Mont-Louis – Paris 11 (M° Philippe-Auguste)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

NB : La revue Hommes & Migrations a publié plusieurs articles autour du thème que vous pourrez retrouver sur ce site en interrogeant par mots-clés la liste des dossiers publiés (femmes, discriminations...).

Haut de pageremonter