Revue Hommes et migrations

Liberté sur Paroles : 17 octobre 1961

Ecoutez l'enregistrement de l'émission du 3 octobre

A la veille des manifestations qui vont marquer les cinquante ans du 17 octobre 1961, puis de l'indépendance algérienne, l'émission "Liberté de paroles" de Aligre FM, en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, va aborder au cours de cette émission un épisode tragique de l'histoire de l'immigration en France.

Retrouvez l'émission sur le blog d'Eugénie Barbezat

L'immigration algérienne, fait unique dans le contexte l'histoire des décolonisations, s'intensifie vers la métropole au moment même où la nation algérienne est en guerre pour son indépendance. Les immigrés algériens, mobilisés par le MNA et le FLN, vont jouer un rôle important dans cette lutte indépendantiste. Ce paradoxe entre l'exil sur le territoire de la puissance coloniale et cet activisme politique "à distance" imprime les relations entre les immigrés algériens et la société française, comme une sorte d'héritage qui se transmet de générations en générations via les représentations stéréotypées, les  discours et les
pratiques discriminatoires envers des personnes d'origine algérienne.

Quelles  raisons poussent des Algériens à venir en métropole en pleine guerre ? Quelles furent les pratiques répressives, arrestation, expulsion, torture ou contrôle policier, mis en place par les pouvoirs publics en métropole pour limiter l'engagement des immigrés ? Pourquoi la manifestation du 17 octobre 1961 des immigrés algériens protestant contre le couvre feu symbolise leur situation paradoxale ? Que représente-t-elle pour les Algériens installés à Paris à cette époque et ceux qui ne l'ont pas vécu ? Pourquoi la mémoire de cette histoire douloureuse est-elle restée si longtemps taboue, cachée ?  "L'oubli et la gangrène" comme le soulignait l'historien Benjamin Stora peuvent-ils être enfin dépassés par un travail actif sur la mémoire et l'histoire dans la société française ?

Pour répondre à ces questions, Eugénie Barbezat et Marie Poinsot invitent deux jeunes historiens qui ont déjà beaucoup publié leurs travaux, Linda Amiri, spécialiste de l'histoire de la fédération du FLN en métropole, Emmanuel Blanchard, spécialiste, notamment, de l'histoire de la police en situation coloniale, Daniel Kupferstein, réalisateur, auteur de deux films sur cette période, 17 octobre 1961, dissimulation d'un massacre et celui sur le 8 février 1962 (Mourir à Charonne, pourquoi ?).

Haut de pageremonter